Salut!

Moi, c'est Camille!

Naturopathe diplômée de l'IESN (2015-2020), je suis passionnée par la santé naturelle, la cuisine saine et végétale, la phytothérapie, le yoga, la spiritualité... Ce blogue est le fruit de ce que j'ai envie de partager avec le monde pour une planète sereine :) 

Vous y trouverez plein de trucs pour être en santé dans votre corps (alimentation végétale non raffinée, sport, yoga) et dans votre tête (art, méditation, pensées positives...).

En espérant vous inspirer par mes recettes santé et plus encore!

Paix, amour et lumière!

☮ ❤ ☼ 

Suivez-moi sur Facebook & Instagram @monregalvegetal ou en cliquant ici! 
  • Facebook Social Icon
  • Grey Instagram Icon
Pour me joindre:
monregalvegetal@gmail.com

Prendre soin de soi au quotidien 

Publications récentes
Rechercher des recettes par " tag" (catégorie)
Archives

La vérité sur les gras alimentaires (et les glucides): bien choisir pour sa santé


Ces dernières décennies, notre société a entamé une véritable guerre aux graisses. Les institutions de santé publique se sont mises à pointer les gras, principalement les gras saturés et le cholestérol, comme étant responsables des maladies cardiovasculaires et de la prise de poids [1]. C’est ainsi que sont apparues les mentions « Faible en gras » et que les gens ont commencé à éviter les gras, tous types confondus, comme la peste.


Or, depuis quelques années, de plus en plus de médecins et autres professionnels de la santé sonnent l’alarme : la phobie des graisses semble produire plus de mal que de bien. En effet, depuis 50 ans (début de la campagne anti-lipides), les maladies cardiovasculaires n’ont pas diminué, tandis que les maladies inflammatoires chroniques liées à la consommation abondante de glucides transformés (obésité, diabète de type II, Alzheimer, etc.) ont augmenté [2]. C’est ainsi que de plus en plus de spécialistes de la santé, à la lumière des études scientifiques actuelles [3], remettent en question l’efficacité du régime « sans gras » ou « faible en gras » ainsi que la pertinence de l’élimination des gras et du cholestérol dans la prévention des maladies cardiovasculaires [4], suggérant que le mal serait en fait ailleurs [5][6].