Salut!

Moi, c'est Camille!

Étudiante en naturopathie, je suis passionnée par la santé naturelle, la cuisine saine et végétale, le voyage, le yoga, la spiritualité... Ce blogue est le fruit de ce que j'ai envie de partager avec le monde pour une planète sereine :) 

Vous y trouverez plein de trucs pour être en santé dans votre corps (alimentation végétale non raffinée, sport, yoga) et dans votre tête (art, méditation, pensées positives...).

En espérant vous inspirer par mes recettes santé et plus encore!

Paix, amour et lumière!

☮ ❤ ☼ 

 

Suivez-moi sur Facebook & Instagram @monregalvegetal ou en cliquant ici! 
  • Facebook Social Icon
  • Grey Instagram Icon
Pour me joindre:
monregalvegetal@gmail.com

Prendre soin de soi au quotidien 

Publications récentes
Rechercher des recettes par " tag" (catégorie)
Archives
  • Camille Poulin

Pourquoi faire votre lait végétal vous-même (plutôt que de l’acheter du commerce)


Après la publication de mon délicieux lait d’amandes maison (si facile à faire!), j’espère vous avoir incité à faire le vôtre! Si vous n’êtes pas encore convaincus des bienfaits d’une boisson végétale maison, cet article est pour vous! Vous y trouverez plusieurs raisons de commencer à réaliser votre lait végétal vous-mêmes plutôt que d’acheter des versions commerciales de piètre qualité!


Bonne lecture!



1) Pour un goût optimal


L’une des choses qui vous frappera le plus lorsque vous commencerez à faire votre breuvage végétal est la grande différence de goût. En effet, les laits commerciaux sont tellement dilués qu’ils ne goûtent pas grand-chose; c’est pourquoi les compagnies y ajoutent énormément de sucre et d’arômes artificiels comme la vanille, afin de masquer la saveur fade du produit.


Heureusement, la version effectuée à la maison est à la fois onctueuse et veloutée… un enchantement pour les papilles!



2) Pour une boisson pleine de fraîcheur et sans conservateurs


Un lait de noix ou de graines maison possède une courte durée de conservation d’environ 5 jours (au frigo). Il s’agit d’un énorme contraste avec les boissons du commerce, qui demeurent souvent de nombreux mois sur les tablettes avant d’être consommées! Ce qui explique la grande différence entre ces deux durées de vie est que le lait maison est riche en véritables oléagineux périssables, tandis que le lait commercial ne contient pratiquement que de l’eau et du sucre ainsi que de nombreux agents de conservation.


L’un des conservateurs les plus pointés du doigt en matière de santé est la carraghénine, aussi connue sous le nom de carraghénane ou indiquée dans la liste d’ingrédients sous le classement E407. Extraite des algues rouges, cette molécule est fortement utilisée par l’industrie en tant qu’agent de conservation et épaississant. Elle est donc souvent retrouvée dans les boissons industrielles de moindre qualité, les crèmes à cuisiner (soya, coco), etc.


Plusieurs études démontrent la capacité irritante de la carraghénine sur notre intestin ainsi que ses effets potentiellement cancérigènes. Elle augmenterait en effet l’altération de la muqueuse intestinale [1] ainsi que l’inflammation du côlon chez des animaux et des cellules humaines [2], la rendant possiblement impliquée dans certains cas de côlon irritable [3] et de rectocolite ulcéreuse. Elle a également été identifiée comme élément cancérigène depuis 1982 [4].


Si vous consommez fréquemment des boissons végétales commerciales, vous ingérez peut-être quotidiennement de la carraghénine sans même le savoir. Il est heureusement possible de l’éviter en lisant bien les ingrédients des produits que vous achetez, mais surtout en faisant vous-mêmes vos aliments!


3) Pour éviter plusieurs ingrédients néfastes


Souvent, les boissons commerciales sont pleines de sucre raffiné (comme le sucre de canne) qui sert à la fois à augmenter la conservation du produit et à lui donner un goût agréable (encore une fois pour masquer le fait que le lait se compose majoritairement d’eau). Même si vous optez pour une boisson non sucrée, votre lait sera probablement enrichi de nombreux ingrédients inutiles qui ne devraient pas se trouver là. De bons exemples sont l’huile de tournesol (riche en omégas 6 pro-inflammatoires) et les multiples ingrédients utilisés comme épaississants.


Bicarbonate de soude, gomme gellane, gomme de caroube, gomme de xanthane, gomme de guar, gomme d’acacia, fécule de tapioca et carraghénine ne sont que des exemples des nombreux agents épaississants ajoutés dans les laits commerciaux que vous buvez. Tous ces ingrédients ne sont pas présents pour répondre à un besoin nutritionnel, mais plutôt pour « améliorer la texture » en vous faisant croire que le lait est riche et non composé à 98% d’eau!


4) Pour éviter la consommation de nutriments non biodisponibles


En achetant du lait de coco, de soya ou d’amandes à l’épicerie, vous avez probablement l’impression que ses valeurs nutritives vous permettront d’augmenter votre apport de nutriments importants pour la santé tels que la vitamine B12 ou le calcium. Les compagnies souhaitant que l’on achète leurs produits, elles essaient de nous faire croire qu’ils possèdent une haute teneur en tel ou tel nutriment et qu’un verre de ce lait nous sera donc bénéfique, mais ce n’est malheureusement pas le cas.


En effet, si vous effectuez quelques recherches sur ces « nutriments » enrichis, vous découvrirez que leur forme n’est pas vraiment biodisponible (c’est-à-dire assimilable) par notre corps! On essaie souvent de promouvoir des produits en démontrant qu’ils possèdent tel pourcentage de tel nutriment, mais on ne mentionne jamais le niveau d’absorption dudit nutriment. Peu importe si un verre fournit 40% d’une valeur prédéterminée X de calcium si même pas 5% de ce pourcentage est ensuite assimilé! Les compagnies le savent et utilisent donc la publicité pour faire croire que leur produit possède de hautes valeurs nutritives même si les nutriments qui y sont ajoutés sont peu optimaux en termes d’assimilation.


Prenons l’exemple du calcium ajouté dans le lait végétal commercial; il s’agit en général de carbonate de calcium, ou encore de phosphate tricalcique, deux formes malheureusement peu assimilables de ce nutriment (contrairement au citrate ou au malate). En effet, le carbonate de calcium (qui est littéralement de la craie) possède une faible biodisponibilité [5] parce qu’il demande une haute acidité gastrique, alors que beaucoup de gens sont en hypochlorhydrie. En fait, seul un faible pourcentage serait assimilé et utilisé par les os et le reste, soit éliminé dans les selles, soit déposé ailleurs que dans les os, pouvant engendrer des problèmes de calcifications dans les articulations ou ailleurs.


Les boissons commerciales sont aussi enrichies en zinc, plus précisément en gluconate de zinc (qui n’est pas très assimilable, contrairement au glycinate ou au picolinate). On y ajoute également de la vitamine D, mais pas sous la forme de cholécalciférol (D3) biodisponible (et dont le coût de production est plus élevé); c’est plutôt de la D2, une forme peu assimilable qui ne peut être stockée par le foie pour faire des réserves (comme c’est le cas pour la D3). D’ailleurs, la vitamine D nécessite un corps gras pour être assimilée (et certains laits sont très faibles en lipides), mais elle est surtout essentielle à l’absorption du calcium. Or, comme sa forme D2 n’est pas optimale et qu’elle est couplée à une forme de calcium peu assimilable dans les laits végétaux, devinez à quel point celui-ci sera bien absorbé…


Finalement, les laits du commerce contiennent aussi de la B12, sans mention de la forme utilisée; cependant, en termes de coût de production et de rentabilité, on peut deviner qu’il ne s’agit sûrement pas de la méthylcobalamine (la forme de B12 la plus biodisponible).


5) Pour une plus grande autonomie alimentaire


Faire ses breuvages végétaux soi-même est un pas de plus vers l’autonomie alimentaire, c’est-à-dire vers une alimentation saine, naturelle et personnalisée, mais surtout pauvre en aliments déjà préparés (bien souvent raffinés et de basse qualité!). Plus vous augmentez votre production alimentaire, plus vous diminuez votre dépendance à l’industrie alimentaire et à la société de consommation!


J’espère que mon article vous aura permis d’y voir plus clair sur l’importance de réaliser soi-même son lait végétal afin d’éviter les agents de conservation, les épaississants et autres ingrédients négatifs tout en augmentant la qualité de ce que vous consommez au quotidien! Si la réponse est OUI, vous pouvez consulter ma recette de lait d’amandes facile et rapide pour commencer dès maintenant à prendre votre santé en main, une recette à la fois!


[1] CHOI, H.J., KIM, J. et coll. “Pro-inflammatory NF-κB and early growth response gene 1 regulate epithelial barrier disruption by food additive carrageenan in human intestinal epithelial cells”, juin 2012, Toxicology Letters [en ligne sur Science Direct], https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378427412009423


[2] BORTHAKUR, A. et coll. “Prolongation of carrageenan-induced inflammation in human colonic epithelial cells by activation of an NFκB-BCL10 loop”, août 2012, Biochim. Biophys. Acta. [en ligne sur Pubmed], https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22579587


[3] BORTAKUR, A. et coll. “Carrageenan induces interleukin-8 production through distinct Bcl10 pathway in normal human colonic epithelial cells”, mars 2007, American Journal of Physiology [en ligne sur le site du Journal Américan de Physiologie], https://www.physiology.org/doi/abs/10.1152/ajpgi.00380.2006


[4] TOBACMAN, J.K. “Review of harmful gastrointestinal effects of carrageenan in animal experiments”, Environment Health Perspective [en ligne sur Pubmed], octobre 2001, https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1242073/


[5] https://www.globalhealingcenter.com/natural-health/types-of-calcium-supplements/



© Camille Poulin, tous droits réservés, 2017-2020